Poudlard dans des temps obscurs
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 « Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. » |PV : Matt |

Aller en bas 
AuteurMessage
Elizabeth Lupin

avatar

❆ Avatar : Meghan Ory
❆ Crédits : Hollow Bastion
❆ Messages : 10
❆ Dispo au rp ? : Viiii
Puissance : 16

Derrière la cape
Niveau Magique:
50/50  (50/50)
❆ Relations:

MessageSujet: « Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. » |PV : Matt |    Mer 30 Jan - 22:17

Cela faisait maintenant deux semaines que je me levais dans ce taudis. Bon d’accord j’étais peut-être un peu trop extrême dans mes propos, mais il fallait quand même avouer que vivre dans cette ville souterraine devenait pesant… Surtout pour moi qui avait l’habitude de passer ma vie dehors. Mes petites soirées entre amis me manquaient, bref ma petite vie d’étudiante normale. Mais depuis le coup d’état des Parkinson tout avait changé, tout était devenu plus sombre selon moi. Et puis j’avais perdu mon père, mort dans un duel en défendant le ministère. Cette nouvelle avait détruit complètement ma mère qui était entrée dans un l’état léthargique depuis. Plus un mot ne sortait de sa bouche et ses yeux d’habitude si rieur ne pétillaient plus d’aucune façon. Pas très joyeux n’est ce pas ?

Mais c’était devenu ma vie et j’espère toujours que tout revienne comme avant. Quoiqu’il en soit je me levais et posais mon regard sur la fenêtre magique de ma petite chambre. Pour ne pas que les gens se sentent comme des lions en cage, on avait le droit à des fenêtres qui montrait un décor animé de notre choix… Moi j’avais choisi une sorte de forêt merveilleuse, cela m’apaisait. C’était peut-être mon côté loup qui se manifestait de part ce choix. Je ne m’attardais pas plus dans ma contemplation pour me levais et me dirigeais vers la salle d’eau. J’avais besoin d’une bonne douche chaude pour me débarrasser de mes idées noires. J’entrais dans le petit espace carré et tournais le robinet pour laisser l’eau couler. Soudain un cri déchirant s’échappa de ma gorge… En réalité je ne pus que me contenter d’une douche froide… La journée commençait bien décidément.

Allez hop je m’habillais rapidement, tentant de retrouver une température normale. Je m’observais quelques instants dans le petit miroir de ma chambrette et tentais différents de mes sourires tout en me maquillant. Mes cheveux bruns avec des mèches rouges retombaient avec élégance sur mes épaules. Je soupirai et rassembla mon courage pour sortir dans le couloir. On ne pouvait pas dire que la ville souterraine de l’ordre était un havre de paix, mais il fallait s’en contenter. Un sourire se dessina sur mon visage lorsque je vis mon chien m’attendre devant la porte. Lui avait sa liberté, mais il finissait toujours par revenir vers moi. Je le caressais et lui donner un petit biscuit avant de partir. Je marchais d’un bon pas, chantonnant au passage crushcrushcruch de Paramore, l’animal trottinant à mes côtés. Le rythme entêtant me motiver à être de bonne humeur et à sourire aux gens qui croisaient mon regard vert. Je tentais de toujours paraître joyeuse, après tout un sourire ne coutait pas grand-chose et pouvait faire tellement ! Surtout par les temps qui courraient… C’était désolant, le désespoir avait saisi beaucoup d’entre nous. Je m’arrêtais au coin d’un couloir, sur le mur était accroché beaucoup de photo. C’était le mur des souvenirs… Toutes les photos des gens morts pendant la bataille pour qu’on ne les oublie pas. Je m’arrêtais tous les jours devant, pour leur rendre un hommage… Après tout ils étaient morts en héros pour nous. Puis je passais mon chemin, retournant à notre réalité qui n’était pas des plus joyeuses. Comme toujours je me dirigeais vers la chambre de ma mère et comme toujours je m’en occupais du mieux que je pouvais, tentant de la faire parler de la faire sourire. Mais rien n’y faisait. Et comme toujours je m’en retournais la laissant seule dans son désespoir.

Je me dirigeais ensuite vers ce qui était une sorte d’infirmerie. C’était le seul endroit où j’avais l’impression de servir à quelque chose… Ah oui parce que mes journées n’avaient rien de palpitant. On me déconseillait fortement de sortir pour des raisons de sécurité et contrairement à mon grand frère ou certains autres membres de l’ordre je n’avais pas de mission à accomplir. Pourquoi ? Je ne savais pas vraiment… En même temps je n’étais pas la plus douée en magie je devais bien avouer que les duels n’avaient jamais été ma priorité dans ma jeunesse. Donc : l’infirmerie. Je venais ici pour distraire les malades, leur parler, leur donner un verre d’eau. Bref rien de bien compliquer. Mais c’était mon point fort à moi, faire sourire les gens avec mon petit côté déluré.

Seulement, pour une fois quelque chose vient changer ma monotonie habituelle. Je fronçais les sourcils, encore en doute sur la personne que je croyais avoir reconnu. Est-ce que c’était bien lui ? Je m’avançais doucement, observant les traits du jeune homme qui ne m’avait apparemment pas encore remarqué. Je lançais alors d’un ton interrogateur.

« Matt ? »

Le garçon se retourna alors vers moi et à peine avais-je vu son visage en entier que je le reconnaissais et un immense sourire s’afficha sur mon visage. Je me jetai alors à son cou, j’étais très démonstrative ce n’était pas ma faute ! Et puis le savoir en vie et dans l’ordre était quelque chose tout de même ! Je le serrais donc contre moi lançant un petit « hey ! » au passage. Je m’éloignais ensuite de lui pour l’observer plus en détails, un immense toujours sur les lèvres.

« Comment vas-tu ?! Qu’est ce que tu fais là ?! Je suis contente de te voir ! »

_________________


«Pourquoi vouloir décrocher la lune quand on a les étoiles ? »
Liz ▬If you blame the moon see past its glow; look beneath skin, look into your soul
(c) Myuu.BANG!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matt Cooper Jr.

avatar

❆ Avatar : Andrew-Lee Potts
❆ Crédits : Me
❆ Messages : 28
❆ Dispo au rp ? : Oui
Puissance : 32

Derrière la cape
Niveau Magique:
8/50  (8/50)
❆ Relations:

MessageSujet: Re: « Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. » |PV : Matt |    Mar 5 Fév - 18:36

Quand on n’est pas sûr de son coup, on ne fabrique pas une potion contre le rhume et surtout… On ne la boit pas…

Matt avait dit cela en soupirant avec un air abattu tout en observant son idiot de patient en secouant la tête doucement. Il y avait de quoi. Non seulement le pauvre bougre avait toujours sa crève mais en plus, il était recouvert de plaques rouge qui commençaient même à faire des croûtes.

Il alla fouiller dans un des placards et revînt avec un flacon emplit d’un liquide à la couleur peu rassurante.

Euh Doc…, commença le Croûté, visiblement pas très confiant pour le coup. Vous êtes sûrs que ça va me soigner ce truc ?

Matt était entrain d’ouvrir la bouteille et aussitôt, une odeur nauséabonde se fit sentir, ce qui acheva le teint déjà bien cireux de son patient.

Ça devrait pas vous tuer en tout cas, lui répondit-il en le lui tendant. Avalez-moi ça cul-sec, je repasserai vous voir dans une demi-heure.

Matt s’éloigna alors, refermant derrière lui le rideau entourant le lit du fabriquant de potions médicinales en herbes et retourna à son bureau, installé au fond de la pièce. Une fois assit sur sa chaise de bureau, il ferma un instant les yeux tout en se frottant le visage des deux mains.

Sur certains aspects, son nouveau boulot ne le changeait pas trop de Sainte-Mangouste, où il avait étudié puis travailler durant les dernières années. Même ici, il arrivait à avoir des patients loufoques victimes de maladies ou d’accidents parfois vraiment stupides. Mais pour le reste, tout était différent. Déjà, il se retrouvait quelque peu livré à lui-même. A l’hôpital, en cas de doute, il pouvait toujours demander l’avis d’un médicomage plus expérimenté. Mais ici, il était actuellement le seul et donc ne pouvait compter que sur lui-même et sur ses propres connaissances. L’autre différence notoire était qu’il n’avait plus de « tours de services ». Maintenant, il était de service en quasi permanence. Pour cela, il avait emménagé dans le QG de l’Ordre. Lorsqu’il n’avait pas de patients sur qui veiller, il dormait dans sa chambre. Dans le cas contraire, il passait ses nuits dans l’un des lits de l’infirmerie.

Ce n’était pas forcément évident. Ses collègues et le travail en équipe à l’hôpital lui manquait et de vivre en voyant rarement la lumière du jour était pesant mais Matt avait fait son choix.

Une fois les 30 minutes écoulées et le dossier de son idiot de patient mis-à-jour, car oui il avait beau être un membre de l’OdP avec l’ânerie qu’il venait de faire, Matt le voyait surtout comme un idiot dans l’immédiat, Matt retourna auprès de lui. Le pseudo-chimiste dormait à poing fermé et les plaques commençaient déjà à s’estomper doucement. Il dormirait probablement jusqu’au lendemain matin comme un bébé à présent et Matt ne s’inquiétait plus pour son état.

Il referma alors le rideau et s’étirait, planté au milieu de la salle, lorsqu’il entendit une voix féminine l’appeler. Surprit, il se retourna pour se retrouver nez-à-nez avec…

Liza !, lança-t-il en la réceptionnant dans ses bras avant de lui faire la bise, réellement heureux de la revoir lui aussi. Pour se trouver-là, c’est qu’elle avait rejoint l’Ordre. Matt réalisa soudainement qu’entre le deuil et sa mise en place à l’infirmerie, il n’avait pas vraiment eu le temps de voir qui faisait parti de l’OdP.

Moi aussi je suis ravis de te voir, lui répondit-il avec un petit sourire sincère même si ses yeux se voilèrent une seconde quand elle lui demanda comment il allait. La vérité ? Il tenait le coup tant bien que mal. Mais Matt n’avait jamais été du genre à se lamenter. Il avait toujours été de ceux qui souriaient en permanence et pleurait secrètement une fois seul.

Ça va mieux, ajouta-t-il sans cesser de sourire gentiment. C’était la vérité, après tout la vie continuait il était bien obligé de s’accrocher. Et ben tu vois, j’ai quitté Sainte-Mangouste pour… ce…

Matt jeta un coup d’œil circulaire autour de lui. L’infirmerie était très bien équipée, rien à redire mais pour le moment, elle était aussi très déserte hormis le Croûté qui commen4ait à ronfler doucement.

Pour ici, acheva-t-il en riant doucement. J’ai rejoins l’Ordre peu après l’attaque… Une façon comme une autre d’honorer la mémoire de mes parents. Mais dis-moi toi plutôt qu’est-ce que tu deviens depuis le temps ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. » |PV : Matt |
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un homme sans ennemis est un homme sans valeurs
» « Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. » - Périclès.
» [FINI] « Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. »
» "Il y a pas de lumière sans clarté, pas de beauté sans bonté" - Sara Ebstein
» Une femme sans parfum est une femme sans avenir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallen in the Darkness :: LE FAMEUX MONDE DE POUDLARD :: Ville de Pré-au-lard-
Sauter vers: